Notre expression au sujet des travaux ferroviaires

La rénovation de la voie ferrée entre La Roche sur Yon et la Rochelle, ou comment notre association a dû batailler sur de nombreux chapitres

 

Ferroutage ou « Routeferrage »

 

Voici l’illustration des choix techniques de « Colas Rail » pour réaliser les travaux de rénovation de la voie ferrée entre La Roche sur Yon et La Rochelle. On commence par enlever les deux voies ferrées existantes et ensuite on s’aperçoit que les rails sont bien utiles pour faire circuler les trains de travaux nécessaires pour réaliser le chantier.

Pas de problèmes, on met les wagons sur les camions !

Cette situation peut apparaitre cocasse mais elle est terriblement révélatrice de la prédominance des intérêts financiers des grandes entreprises internationales sur la préservation de l’environnement et l’avenir de la planète.

Comment des ingénieurs ont-ils pu présenter un dossier de rénovation d’infrastructure ferroviaire en utilisant la technique du tout routier? Au lieu d’utiliser une des deux voies ferrées existantes pour alimenter en matériaux le chantier de rénovation de l’autre voie, technique qui a toujours été utilisée pour les travaux ferroviaires, il a été décidé de supprimer les deux voies pour permettre aux camions de circuler sans entrave sur la plateforme ferroviaire. Nous avons estimé que plus de 50 000 camions vont remplacer les 600 trains qui auraient été nécessaires pour assurer le dégagement de l’ancienne infrastructure et l’apport de la nouvelle voie ferrée. Par contre nous n’avions pas imaginé que cette logique du tout routier conduirait à mettre les trains sur les camions !

Précisons que pour le transport de ce wagon, il se réalise à vide car son poids est environ de 24 tonnes. Lorsque ce wagon retrouvera son usage normal il pourra transporter 66 tonnes de ballast. Cela veut dire qu’il faudra 3 camions semi- remorque pour faire son chargement. En résumé : un camion- grue pour enlever le wagon de ses rails et le poser sur le camion, un camion et son escorte pour réaliser le trajet en convoi exceptionnel, un autre camion-grue pour remettre le wagon sur les rails et trois camions pour le charger en ballast. Cette opération s'est réalisée une vingtaine de fois pour les wagons, et quatre fois suppémentaires pour acheminer les deux motrices des trains de travaux et l'engin qui réalise le nivellement de la voie. Qui a parlé de transition écologique et de report modal de la route vers le rail ?

Comment des responsables politiques ont-ils pu valider, dans le contrat de plan Etat / Régions pour  l’attribution du chantier de rénovation de la voie ferrée entre La Roche sur Yon et La Rochelle, une proposition de chantier ferroviaire réalisée par le tout routier ? Cette solution n’était pas moins chère puisque le montant des travaux est passé de 138 millions d’Euros à 152 millions d'euros.

14 millions d’Euros en plus pour contribuer au réchauffement climatique, aux nuisances sonores pour les riverains, à la dégradation des routes qui seront à la charge des communes et des départements donc des contribuables.

Notre association de défense des usagers des services publics (ADSP) poursuivra son rôle de lanceur d’alerte pour la population et n’abandonnera pas son objectif de remise en service de la double voie pour permettre un transport ferroviaire moderne et efficace pour les voyageurs et les marchandises.